Le Jardin d’Essence propose une parcelle pour maraichage bio à Dréhance

Le Jardin d’Essence propose une parcelle pour maraichage bio à Dréhance

Le Jardin d’Essence est une micro-ferme pédagogique de 2,5 ha située à Dréhance, sur les hauteurs de Dinant.

Nous avons racheté en 2021 une grande prairie, avec une partie boisée, et un verger. Notre projet est de tendre vers l’auto-suffisance alimentaire pour notre famille, et de créer un lieu riche en biodiversité, où chacun peut venir apprendre et s’inspirer des techniques de permaculture pour la transition écologique et solidaire. Nous avons planté des petits fruits, préparé quelques planches de culture et installé un troupeau de moutons roux ardennais en 2022. En 2023, nous allons construire (creuser) un réseau de drains et de mares pour mieux gérer la rétention d’eau sur le terrain, construire une grande bergerie, re-semer les prairies pour augmenter la diversité de nourriture pour les animaux, et semer des zones de nature libre fleurie autour du terrain. Trois ruches vont venir s’installer à la fin du printemps et nous allons finir de monter la serre de 24m² afin de pouvoir faire les semis à l’abri. A l’automne, nous allons planter des arbres dans les prairies et des haies fourragères pour gérer le vent sur le terrain et nourrir les animaux. Virginie, qui a créé le Jardin d’Essence, est herboriste. Le Jardin d’Essence a donc actuellement sa production commerciale principalement orientée vers les plantes aromatiques, pour les tisanes et les teintures. La procédure de certification Bio est en cours pour l’ensemble du terrain. Nous travaillons avec l’asbl « Les artisans du futur » pour transmettre nos compétences artisanales à des jeunes de 16 à 21 ans. Nous organisons régulièrement des formations, ateliers et chantiers participatifs sur la ferme.

Nous souhaitons accueillir un(e) maraicher(ère) sur le terrain avec nous, pour produire des légumes bio, mais aussi et surtout, pour produire et commercialiser des graines adaptées à notre terroir et notre climat. Nous disposons déjà d’une collection de graines bio, qui seront mises à disposition du (de la) maraicher(ère), comme point de départ. Il y a déjà des planches de culture qui sont cultivables dès le printemps, et nous devrons réfléchir ensemble aux emplacements pour implanter d’autres planches de culture. Le terrain est en zone agricole, donc il n’est pas possible d’y construire une habitation, mais il serait possible de placer un habitat léger sur la ferme (à confirmer avec la commune).

Nous sommes à votre disposition pour de plus amples informations, n’hésitez pas à nous contacter par email: lejardindessence@gmail.com


 

Décembre en circuits courts ! #DecembreenCC #RegionDinant

Décembre en circuits courts ! #DecembreenCC #RegionDinant

Et si nous fêtions les circuits-courts en ce mois de décembre ?

Notre région dinantaise regorge de saveurs bio et locales, des ingrédients sains et de qualité pour concocter de délicieux repas.

Le Réseau RADiS (Réseau Alimentaire Dinant Solidaire) vous invite à la découverte de ces produits bio locaux à travers le partage de photos et de recettes. Une belle source d’inspiration pour les repas de fête ou pour les délices de tous les jours !

Comment ça marche ?

1. Je fais mes courses en circuits courts

Découvrez les délicieux produits bio & locaux de notre région, et profitez-en pour faire la connaissance des femmes et des hommes qui les préparent pour vous. Nos campagnes comptent de plus en plus de producteurs bio, et vous pouvez trouver tous les ingrédients de base pour vos repas, sucrés et salés : farine, beurre, oeufs, fromage, viande, légumes, fruits, huiles et vinaigrettes, moutarde, bière… Vous trouverez dans ce document toutes les bonnes adresses de la région !

Et le prix ? En achetant vos produits bio & locaux chez les producteurs, vous bénéficiez de prix plus avantageux, et même de plus en plus souvent inférieurs à ceux des grandes surfaces ! Vous gagnez en qualité, et soutenez l’économie de votre région (les cours de danse de la fille du producteur plutôt que les actionnaires des multinationales !).

2. Je concocte mon repas

Avec vos ingrédients sous le coude, le plus dur reste à faire ! Mettre en valeurs ces saveurs dans une préparation apéritive, un repas de fête ou de tous les jours, un dessert ou un goûter, une collation pour les enfants…

Laissez aller votre créativité, surprenez-(vous) nous !

3. Je partage la photo et/ou la recette

Prenez une photo de votre création, et partagez-la avec nous. Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi nous partager votre recette, elle inspirera d’autres personnes ! N’oubliez pas de préciser l’origine de quelques-uns de vos ingrédients en circuit court, ça fera bien plaisir aux producteurs !

Comment partager ? 

  • Pour les fans de Facebook, il suffit d’utiliser les hashtags #DecembreenCC #RegionDinant, ce qui nous permettra de retrouver vos publications (en mode public) et de les partager sur notre page @ReseauRADiS
  • Vous pouvez aussi nous les envoyer par mail : sylvie.laspina@natpro.be
  • Pour toute photo/recette envoyée, vous donnez implicitement votre accord pour que nous les diffusions dans le cadre de l’action « Décembre en circuits courts ». Merci !

A vous de jouer ! Bonne découverte, bonne dégustation et bon amusement !

Les photos et recettes !

Photo : Les ravioli maison de Fara #DecembreenCC

Photo : Les ravioli maison de Fara #DecembreenCC

Fara nous partage une photo de ses ravioli faits maison, avec la farine bio du Réseau RADiS et le haché de boeuf bio du Panier du grand cortil à Falmagne. Plus qu'à ajouter un petit coulis de tomates, quelques feuilles de basilic ou autres aromates, une pincée de...

lire plus
Spéculoos maison – #DécembreenCC

Spéculoos maison – #DécembreenCC

Voici une photo et la recette des spéculoos de Laurie, boulangère. Ingrédients pour 12 pièces 100 g de farine 1,5 g de poudre à lever 1 clou de girofle 75 g de cassonade 50 g de beurre 5 g de cannelle en poudre 0,1 g de sel 15 g d'oeufs Tamiser la farine et la poudre...

lire plus
Gratin de bettes au fromage – #DecembreenCC

Gratin de bettes au fromage – #DecembreenCC

Voici une recette partagée par Diane, de la Villa 1900 à Hastière. Merci ! Ingrédients : Bettes d’un maraîcher de la région Jambon d’Ardenne fumé à l’ancienne sans nitrite, à base de cochon « de plein air » Fromage Recette : - avec des ciseaux, coupez à la séparation...

lire plus
Tarte aux pommes et à la crème de noix – #DecembreenCC

Tarte aux pommes et à la crème de noix – #DecembreenCC

Une recette de Xavier Réaliser le fond de tarte 120 g de sucre 250 g de farine du Réseau RADiS 1 oeuf de Les Oeufs du Verger à Thynes 125 g de beurre de Lionel Plaquette à Houyet Mélanger le sucre, la farine et l'oeuf jusqu’à obtention d'une consistance de sable...

lire plus
Décembre en circuits courts ! #DecembreenCC #RegionDinant

Décembre en circuits courts ! #DecembreenCC #RegionDinant

Et si nous fêtions les circuits-courts en ce mois de décembre ? Notre région dinantaise regorge de saveurs bio et locales, des ingrédients sains et de qualité pour concocter de délicieux repas. Le Réseau RADiS (Réseau Alimentaire Dinant Solidaire) vous invite à la...

lire plus

Publication : Des produits bio locaux dans les écoles, retour d’expérience 2021-2022

Publication : Des produits bio locaux dans les écoles, retour d’expérience 2021-2022

C’est lors de l’année scolaire 2021-2022 que le Réseau RADiS a démarré l’approvisionnement de deux écoles de la région dinantaise en produits bio et locaux : des légumes frais à destination d’une cuisine scolaire, et des potages livrés chauds à la récréation de quatre établissements. D’autres débouchés ont été étudiés et/ou testés comme des bâtonnets de légumes en guise de collation saine, ou des repas froids livrés aux écoles. Ce document se veut être un partage des expériences menées en cette première année de travaux.

Publication : Maraicher bio en région dinantaise, actions de soutien du Réseau RADiS

Publication : Maraicher bio en région dinantaise, actions de soutien du Réseau RADiS

Soutenir la production légumière biologique en région dinantaise est une des priorités du Réseau RADiS. Grâce aux réflexions collectives du GT maraichage constitué de citoyens et de producteurs, des actions ont été imaginées et, pour la plupart, mises en place afin de favoriser les installations de porteurs de projet et de pérenniser les activités de maraichage. Elles sont résumées dans cette brochure.

10/12 : Agir autrement ensemble pour les droits de tous

10/12 : Agir autrement ensemble pour les droits de tous

Le Réseau Radis s’est allié à d’autres associations pour fêter les 10 ans du groupe local ATD Quart Monde « Pays des Vallées »

Ce groupe mène des actions locales sur la région de Dinant :
– pour sensibiliser les habitants et les autorités de la région
– pour soutenir le projet des parents qui vivent de grandes difficultés d’assurer un meilleur avenir à leurs enfants
– pour rendre visibles les talents et potentiels ignorés des personnes et des familles qui vivent la pauvreté et l’exclusion sociale

Le groupe participe également à des actions plus larges, entre autres :
L’Université Populaire Quart Monde : apprendre ensemble les uns des autres pour mieux agir
Dialogues avec des organismes publics, des responsables politiques

ATD Quart Monde « Pays des Vallées » fêtera ses 10 ans d’existence ce 10 décembre, Journée Mondiale des Droits Humains.

C’est l’occasion de participer à plein d’animations gratuites et de découvrir la vidéo : « On fait des choses qu’on n’aurait jamais osé », tournée par le GSARA, aboutissement d’une année de travail d’évaluation du groupe ATD Quart Monde du Pays des Vallées.

 

Une délicieuse soupe solidaire accompagnée de pain sera offerte aux participants. La soupe et le pain seront réalisés avec les légumes et les farines bio des producteurs du Réseau Radis. Effectivement, Le Réseau Radis prône le droit à une alimentation de qualité pour tous.

Venez nous rejoindre nombreux !

Espace Culture de Beauraing, 40 rue de Rochefort de 10 à 17h.


 

8/12 : Rencontre avec François Sonnet, héros de la BD « Le champ des possibles »

8/12 : Rencontre avec François Sonnet, héros de la BD « Le champ des possibles »

 

Nature & Progrès et le Réseau Radis ont le plaisir de vous inviter, le jeudi 8 décembre à 17h30, pour une rencontre avec François Sonnet, héros de la bande dessinée « Le champ des possibles ». Il sera accompagné du scénariste Benjamin Fischer et du dessinateur Chris Damaskis.

François, alias Franky, n’a pas un parcours des plus communs. Il est devenu maraîcher à Jupille et militant pour la cause paysanne après un licenciement. La BD retrace son parcours en image, l’occasion d’aborder avec humour et légèreté la transition écologique et alimentaire et les modes de production et de consommation qui peuvent les accompagner. Son personnage est au cœur de la BD mais différentes problématiques actuelles sont évoquées.

Nous vous donnons rendez-vous à la librairie de Nature & Progrès, Rue de Dave, 520 à 5100 Jambes, pour rencontrer les auteurs et faire dédicacer votre BD. François présentera le fonctionnement de son activité : une agriculture soutenue par la communauté, un système coopératif et solidaire basée sur l’autocueillette. Nous pourrons échanger ensemble sur cette transition nécessaire.

Cet évènement est gratuit et ouvert à tous. Nous espérons vous y voir nombreux ! Dans un souci d’organisation, une réservation est souhaitée via ce formulaire.


 

Baguettes « made in RADiS » : retour sur notre atelier !

Baguettes « made in RADiS » : retour sur notre atelier !

Du 1er au 15 novembre passé avait lieu la 1ère édition du festival « 100 % local » d’Hastière : Agir pour demain. Née du groupe « En transition » de cette commune, l’initiative permettait aux acteurs « qui préparent le monde de demain » du territoire de faire découvrir leur passion, savoir et savoir-faire à leurs concitoyens.

A cette occasion, notre Réseau RADiS a collaboré avec Laurie, une citoyenne formée à la boulangerie artisanale et passionnée par le sujet.

L’envie était de proposer un atelier sur la thématique de la panification au levain. A travers celui-ci, trois grands objectifs étaient visés :

  • Transmettre le savoir-faire de la panification au levain, avec le façonnage de baguettes ;
  • Sensibiliser aux enjeux de la filière des céréales dans le cadre de la relocalisation de notre alimentation ;
  • Faire connaître dans ce cadre les producteurs céréaliers bio de notre territoire à travers leurs farines réalisées cette année.

Pour cet évènement, Laurie a confectionné une recette de baguette réalisée exclusivement à partir d’un mélange des farines d’épeautre et de froment de nos producteurs Frédéric et Alessandro (cf. notre article sur le sujet).

Cette demi-journée s’est déroulée à l’ancienne gare d’Hastière en alternant « pratique » et « théorie ». Chaque participant a pu repartir avec sa baguette, confectionné le matin même, une portion de levain mais également recette et conseils pour l’entretien du levain afin de pouvoir remettre cela en pratique à la maison !

Petit retour en images sur cet évènement que nous souhaitons réitérer en 2023

Nous avons déjà une petite liste d’attente mais si vous êtes intéressés par le sujet de la panification, n’hésitez pas à contacter Caroline (caroline.dehon@natpro.be) pour faire part de vos envies, vos suggestions sur le sujet !


 

Publication : Un outil d’aide au démarchage en BtoB pour les producteurs bio locaux

Publication : Un outil d’aide au démarchage en BtoB pour les producteurs bio locaux

Ce printemps 2022, le GT maraichage s’est penché sur les différents canaux de vente en BtoB, débouchés potentiels pour les producteurs bio locaux du territoire.

Grâce au travail conjoint de Kathleen Voyeux, stagiaire en éco-conseil, et de Sylvie, chargée de projet pour le Réseau RADiS, et grâce au soutien des agences ADL d’Anhée et de Dinant, et de personnes-ressource, une caractérisation des débouchés en BtoB et un inventaire des acteurs en région dinantaise ont été réalisés. Enfin, des conseils de démarchage issus d’autres structures d’encadrement ont été compilées.

Cet outil se veut être une aide à la prospection et au démarchage des intermédiaires de vente, des restaurateurs, traiteurs et collectivités pour les producteurs individuellement et/ou par le collectif.

Lien vers la page des publications

 

Loos-En-Gohelle, modèle d’une ville en transition

Loos-En-Gohelle, modèle d’une ville en transition

Le jeudi 6 octobre dernier, une délégation composée de membres de la Fondation Cyrys, du Réseau Radis et de la fondation Chimay Wartoise, s’est rendue à Loos-En-Gohelle, une ville en Transition, pour s’inspirer de quelques belles idées qui pourraient peut-être être transposées chez nous.

Cette commune de 7.000 habitants située dans le bassin minier du Pas-de-Calais, est aujourd’hui connue en France, en Europe et dans le monde comme une référence en matière de transition écologique et sociale :  écoconstruction, sécurité énergétique, bien-vivre ensemble, agriculture biologique, environnement et urbanisme.

Cette ville “pilote” du développement durable a pourtant subi un choc socio-économique majeur dans les années 80, lié à la fermeture des dernières mines, ce qui ne prédestinait pas Loos-En-Gohelle à une telle notoriété. Alors comment l’expliquer ? Comment, concrètement, la ville est-elle passée “du noir au vert” ? Est-ce réplicable, ou propre au contexte local ?

Nous commençons notre visite par une présentation officielle à la Mairie de Loos-En-Gohelle.

 

La culture, premier levier de transformation du territoire

La réappropriation de leur histoire a été fondamentale pour amorcer la transition et le changement.

Après la fermeture des mines, les élus ont commencé un long travail de prise en charge collective de reconquête identitaire.

Effectivement, on ne peut pas construire un nouveau modèle sans estime de soi. Le travail de mémoire a permis de mettre en avant les valeurs populaires du territoire dont les habitants pouvaient être fiers : solidarité, travail, sens de la fête, …

D’autre part, la mise en place de projets culturels et artistiques participatifs a permis de créer du lien et de la cohésion sociale au sein de la ville. Les citoyens ne sont pas de simples spectateurs mais des acteurs et actrices de la vie culturelle locale.

Parmi les actions culturelles et mémorielles mises en place, celles à retenir sont l’organisation du festival populaire des Gohelliades dès 1984, l’organisation de spectacles participatifs de sons et lumières, la rédaction par des historiens amateurs d’un ouvrage sur l’histoire de Loos et le tournage d’un film en Super 8 sur la ville.

La commune s’appuie de manière forte et déterminée sur l’implication citoyenne, qu’elle identifie comme un pilier majeur de sa stratégie de conduite du changement.

 

La concertation sans implication, piège à con !

La concertation habitante et la co-construction sont au cœur de la démarche de la ville de Loos-en-Gohelle depuis les prémices de sa politique de développement durable. La participation garantit l’accord, l’adhésion du plus grand nombre, l’ancrage dans la réalité et l’efficacité.

Les initiatives individuelles ou collectives sont encouragées. Elles se retrouvent dans tous les domaines et dans tous les quartiers, ce qui a généré dans la ville une dynamique spécifique, ainsi qu’une forte mobilisation de la population, réputée pour la qualité et le nombre de ses bénévoles.

Parmi les dispositifs encourageant les initiatives participatives, la municipalité a mis en place un programme « fifty-fifty » : un groupe d’habitants, une association, une école saisit la commune pour une action d’amélioration du cadre de vie (plantations d’arbres…). La commune soutient financièrement et techniquement le projet, mais la réalisation ou la gestion est effectuée par (ou avec) les demandeurs. Par exemple, une association de quartier souhaite améliorer le fleurissement de sa rue. Elle saisit la commune qui fournit les jardinières et les fleurs, l’association se chargeant de l’arrosage et de l’entretien.

 

Une innovation, c’est une désobéissance qui a réussi

Pour oser changer de modèle, il faut commencer par désobéir à la pensée unique et pour cela il est nécessaire de créer un cadre de sécurité collective faute de quoi aucune initiative ne naitra ! Voilà un bon conseil qui termine notre visite de à la Mairie.

Nous nous baladons au sein de la ville à la découverte de quelques projets de reconversion écologique visibles dont l’église avec son toit couvert de panneaux photovoltaïques. Cette source d’énergie renouvelable produit aujourd’hui de quoi alimenter 12 foyers en électricité.

 

Les tables de Cocagne, l’insertion au service du circuit court

Il est temps maintenant d’aller manger. A deux pas de la Mairie, nous sommes reçus à La Table de Cocagne du Menadel/St Hubert. Le restaurant permet l’insertion de personnes éloignées de l’emploi. Nos plats sont cuisinés à partir de légumes cultivés sur leurs sites maraichers certifiés en agriculture biologique ou produit par leurs producteurs partenaires bio locaux.

Ce sont Les Anges Gardins qui opèrent ce tiers-lieu nourricier. Cette association développe des activités pour l’insertion, l’éducation permanente, le développement de nouvelles pratiques sociales et d’activités liées à l’alimentation. Leurs objectifs sont :

– Favoriser l’accès aux savoir-faire de base en matière d’autoproduction : manuel du jardinier/ du cuisinier sans moyens, formation d’Ambassadeurs du jardinage et du bien vivre alimentaire, ateliers de consommation responsable expérimentaux
– Créer de nouvelles opportunités d’activités (sous forme d’atelier d’insertion) pour des personnes sans emplois dans les domaines du maraîchage, du conditionnement et de la livraison de fruits et légumes locaux certifiés en agriculture biologique, produits à destination des particuliers et de la Restauration Hors Domicile.
– Organiser des chantiers participatifs visant l’appropriation d’une conscience sociale par l’action : « je fais, je retiens » : permaculture, agroforesterie, lombricompostage, apiculture…

Nous allons visiter quelques potagers et vergers mis en place par Les Anges Gardins.

 

La mise en récit pour faciliter les projets de transitions

Une dernière visite avant de se remettre en route !  Nous voilà maintenant au Centre Ressource du Développement Durable (Cerdd) qui outille et accompagne les acteurs de la région Hauts-de-France vers de nouveaux modèles de société et les incite à contribuer aux transitions économique, sociale et écologique dans les territoires. Ils vont nous faire découvrir « La Mise en Récits », un outil pour aider les porteurs de projet à définir une stratégie de changement sur le long terme.

La période de transition écologique dans laquelle nous sommes à besoin de nombreux ingrédients : innovation, accélération, transformation, coopération, implication citoyenne, vision partagée de l’avenir…

Notre période est caractérisée par un modèle économique dominant qui freine la transformation du monde. Le récit de ce modèle fut façonné en profondeur et puissamment outillé (marketing, publicités, etc) à tel point qu’il nous entoure, nous domine et nous influence quotidiennement… et finalement brouille notre vision de l’avenir.

Émerge alors la nécessité de contribuer à faire naître des récits alternatifs mettant en visibilité les projets transformateurs. Le récit illustre une trajectoire de développement pour laquelle on comprend les racines, les étapes et l’horizon que l’on vise. Mais c’est aussi une histoire où l’on voit la place de chacun.

La mise en récits des projets de transition couvre un certain nombre de finalités, que l’on peut regrouper en deux fonctions principales :

  • Fonction narrative pour la mise en mouvement : comprendre les ressorts de la trajectoire d’un projet, comprendre et définir ensemble l’horizon que l’on cherche à atteindre, stimuler l’émotion pour mobiliser, construire une ambiance propice à l’émergence d’idées nouvelles ou de coopérations nouvelles.
  • Fonction évaluative : mieux savoir évaluer la valeur que l’on crée ensemble. À ce propos, Julian Perdrigeat, Directeur de Cabinet du Maire à Loos-en-Gohelle indique : « tout ce qui compte ne se compte pas uniquement mais se raconte… ».

C’est sur cette belle note que notre immersion dans cette ville hors du commun se termine. Nous voilà rentré avec l’idée que le changement est possible, Loos-En Gohelle en est un bel exemple !

 


 

Farines : 1ères réalisations, 1ers retours !

Farines : 1ères réalisations, 1ers retours !

Il y a de cela quelques semaines, à l’occasion de notre journée festive, certains d’entre vous ont eu l’occasion de goûter les premiers pains réalisés avec les farines issues des producteurs du Réseau RADiS.

Façonnés à partir de farines d’épeautre et de froment, les pains se sont vendus… comme des petits pains (c’est bien le cas de le dire :-D) !

Nous avons profité de cette occasion pour collecter les premières impressions des visiteurs du jour. Chaque pain, froment ou épeautre (réalisés à partir de levain), était à évaluer sur 5 critères : goût, croûte, acidité, texture de mie et odeur.

Premier constat : pas de préférence marquée pour l’un ou l’autre pain, chacun ayant trouvé ses amateurs. L’épeautre semble s’être démarqué légèrement par son goût et sa texture de mie, particulièrement appréciés. Certains ont trouvé son acidité un peu trop prononcée et sa croûte trop dure. Le froment a été mis en avant pour sa mie aérée et son odeur.

Les résultats et retours ont par ailleurs permis de collecter les encouragements des consommateurs pour des pains produits à partir de farines locales et bio.

Parallèlement à cela, les farines sont actuellement testées par des boulangers professionnels, nous en saurons plus dans les prochaines semaines.

Enfin, dans le cadre de la préparation d’un atelier de panification sur le thème de la baguette, Laurie, boulangère amateure, est actuellement en train de peaufiner une recette à base de nos deux farines. Il semble que l’assemblage froment et épeautre permet d’obtenir un résultat super satisfaisant !

 

Vous aussi, vous avez testé la farine du Réseau RADiS pour la réalisation de pains, pâtes, biscuits ou autres délicieuses préparations ? Partagez-nous vos impressions, et n’oubliez pas une petite photo pour nous mettre l’eau à la bouche ! On ne manquera de continuer à vous transmettre tous les retours.

En attendant : si vous êtes intéressés par l’organisation d’une activité de panification et/ou l’achat de nos farines ? Prenez contact avec Caroline (caroline.dehon@natpro.be).


 

25/9 : Un mot : MERCI !

25/9 : Un mot : MERCI !

Voilà plusieurs mois que cet évènement se préparait en coulisse avec les membres de notre Réseau, nos « radicelles » et la famille de Wouters de la Ferme de Grange.

C’est avec une immense gratitude que nous souhaitions tout d’abord revenir vers vous, car sans votre présence, cet évènement n’avait aucun sens !

Nous souhaitions également adresser un tout grand merci :

  • A la Ferme de Grange pour cette fantastique collaboration, son accueil et son partage tout au long de journée et à travers toutes les activités proposées ;
  • A la Fondation CYRYS pour son soutien et sa présence ;
  • A nos bénévoles « radicelles » : en amont, pendant et après l’évènement ;
  • Aux producteurs et artisans présents ;
  • Aux animateurs des divers ateliers « Do it yourself » et mini-conférences ;
  • Et à tous ceux qui par une présence, un geste, une pensée ont contribué à cette magnifique journée !

 

Et parce que les images parlent encore parfois mieux d’elles-mêmes, c’est avec plaisir que nous vous les partageons :

Visites de la Ferme de Grange et du moulin Astrié de la ferme (avec Anne-Sophie, Stany et Guirec de Wouters)

 

Des ateliers « Do it yourself » pour petits et grands…

… la lactofermentation pour conserver et consommer ses légumes autrement (avec Pauline Beguin et Marie Senterre):

des préparations simples à base de légumes pour changer les a priori des plus petits :

 

Pssst : si vous ne le saviez pas, tous ces ateliers ont été alimentés en légumes bio par notre maraîcher Philippe (Amarantes.b!o).

Des mini-conférences sur une foule de thématiques …

Un marché de producteurs et d’artisans …

Une activité de cuisson et dégustation de pains bio et locaux (avec Xavier et Jean) …

Et puis bien sûr, la convivialité :

Vivement la prochaine édition !


 

Attirer et maintenir la participation citoyenne, un challenge !

Attirer et maintenir la participation citoyenne, un challenge !

C’est le constat de toutes les coopératives citoyennes actives dans la vente de produits en circuit-court : attirer et surtout maintenir l’implication de citoyens bénévoles dans de telles initiatives est un véritable challenge quotidien. Et pourtant, sans le bénévolat, une majeure partie de ces coopératives ne tiendrait pas la route.

Parce que le Réseau RADiS dépend de bénévoles pour une partie de ses activités, cette préoccupation est déjà une réalité. Souvenez-vous, il y a quelques mois, nous menions d’ailleurs une petite enquête sur le sujet.

Alors, quelles sont les « clés de la réussite » ?

Pour nous aider sur cette réflexion, nous avons organisé un atelier au Salon Bio Valériane, où nous avons fait appel à deux témoignages d’initiatives mettant l’accessibilité aux produits alimentaires de qualité au cœur de leur démarche :

  • Cocoricoop (Ciney), coopérative réunissant citoyens et producteurs disposant d’une plateforme de vente en ligne, de points de dépôt et d’un magasin : Présentation de l’initiative

   

Voici quelques ingrédients indispensables relevés par nos intervenants et participants au cours de cette rencontre :

  • De la convivialité: ce que les gens recherchent à travers ces coopératives et leurs activités, c’est avant tout ça ! Elle peut se retrouver : dans les tâches quotidiennes (lors de l’achat de produits exemple) mais également à travers de nombreuses autres actions organisées pendant l’année : rencontre chez les producteurs membres, journées festives, ateliers thématiques, etc. ;
  • De la solidarité avec ou sans partenariat officiel: s’entraider entre membres de la coopérative mais également entre coopératives similaires et également coopérer, échanger avec les structures locales déjà existantes ;
  • De l’ADN commun: base essentielle et indispensable, être aligné avec les valeurs originelles de la coopérative, celles qui ont rassemblé les fondateurs et rassemblent encore ses membres aujourd’hui. Les idéaux communs constituent un outil d’aide à la décision à part entière ;
  • De l’ouverture et de la créativité : ces idéaux ne doivent en revanche pas empêcher de nouvelles idées d’émerger, de nouvelles personnes d’inspirer la coopérative, c’est ce qui en fait aussi sa richesse ;
  • Des actions concrètes: celles qui donnent du sens au quotidien pour l’ensemble des coopérateurs bénévoles, que ce soit via la création d’un magasin, l’aide à sa gestion, à son approvisionnement ou encore plus simplement via la création de moments de rencontres avec de nouveaux producteurs ou collaborateurs ;
  • De la confiance: envers tous, envers les capacités et les connaissances (notamment métier) de chacun. Indispensable car personne n’est capable de gérer tout, seul !

Un ensemble d’éléments inspirants pour que notre Réseau RADiS puisse se développer et perdurer sereinement.


 

Chaud devant : les premières farines arrivent !

Chaud devant : les premières farines arrivent !

Il y a de cela plusieurs semaines, les récoltes de céréales se terminaient dans de bonnes conditions : temps sec prolongé et donc peu (beaucoup trop peu pour d’autres activités agricoles) d’intempéries. Le résultat : des céréales ayant un taux d’humidité très bas pouvant être moissonnées au bon moment ne laissant qu’un très faible risque pour les grains d’arriver à une maturité trop importante et aux récoltes de subir le phénomène de verse (céréales couchées en plein champ).

Alessandro et Frédéric, producteurs céréaliers du territoire de notre Réseau RADiS, ont alors moissonné respectivement froment et épeautre à cheval entre les mois de juillet et août. Leurs grains sont ensuite partis à l’analyse afin d’évaluer leur potentialité pour en faire de la farine.

Résultats plutôt concluants sous le bras, nos producteurs ont la chance de voir leurs premiers grains 2022 se transformer en farine ! C’est ainsi que chaque lot de grain a été acheminé vers un moulin : à Vencimont (Gedinne) pour le froment et à la Ferme de Grange (Anhée) pour l’épeautre.

D’ici quelques jours, vous aurez l’occasion de goûter et d’acheter les pains issus de ces premières farines lors de notre évènement festif du 25 septembre prochain. Une activité de dégustation y est prévue en présence de nos producteurs et de fervents amateurs et professionnels de boulangerie. Nous vous solliciterons pour nous donner votre retour (goût, acidité, croûte, etc.). L’occasion d’échanger en direct, d’en apprendre davantage sur la filière des céréales panifiables et de partager un moment convivial. Une visite du moulin et une petite conférence sur la thématique y sont également prévues ainsi qu’une multitude d’autres activités. N’hésitez plus, rejoignez-nous, on a hâte de savoir ce que vous en pensez !


 

Découvrez le programme de notre journée festive du 25/9 !

Découvrez le programme de notre journée festive du 25/9 !

Nous vous promettions un événement convivial et festif en clôture de notre premier cycle de visites de fermes…

RDV le dimanche 25 septembre 2022 à la Ferme de Grange à Anhée, qui accueille et co-organise la fête avec nous (merci à eux !).

Tous les détails du programme sont sur cette page. N’hésitez pas à nous rejoindre et à partager l’invitation autour de vous !

 

Quel statut juridique pour notre Réseau RADiS ?

Quel statut juridique pour notre Réseau RADiS ?

C’est avec beaucoup de curiosité et d’intérêt qu’une quinzaine de citoyens (consommateurs, producteurs, etc.) se sont rassemblés le 10 août passé afin d’en savoir plus sur le statut de la coopérative.

En effet, le Réseau RADiS grandit et ses ambitions également : production-transformation-commercialisation-logistique… Toutes ses activités et leur mise en place demandent une réflexion et une prise de décision communes.

Une coopérative ou une ASBL ?

Mathilde Jacquet (SAW-b), qui nous accompagne pour ce travail, nous a présenté les tenants et aboutissants du statut de coopérative mais également de celui de l’ASBL.

L’ASBL offre aujourd’hui la possibilité de réaliser des activités commerciales à titre principal, elle se constitue plus rapidement et pourrait dès lors être un statut de transition intéressant vers celui de la coopérative. Les réflexions sont lancées !

Lien vers la présentation

 

Comment travailler ensemble ?

Nous avons également défini notre cadre de travail, au travers de règles de fonctionnement, jusqu’à ce que ce statut soit effectif. Ce cadre nous servira à établir le futur Règlement d’Ordre Intérieur de notre structure.

 

Prochaine rencontre ?

Thème ? La gouvernance : « qui décide quoi ? »

Quand ? Le lundi 29 août 2022 – 18h

 ? A Lisogne (rue du Forbo, 5)

Inscription à réaliser auprès de Caroline : caroline.dehon@natpro.be ou par SMS au 0474/56 34 48.


 

Initiatives de relocalisation alimentaire : échanges d’expériences

Initiatives de relocalisation alimentaire : échanges d’expériences

Le Réseau RADiS vous invite à un événement organisé au Salon BIO Valériane Namur le vendredi 2 septembre.

Il sera question d’un échange sur la relocalisation alimentaire.

 

 

Face à la nécessité de relocaliser notre alimentation, de nombreuses initiatives voient le jour en Wallonie. Cette conférence se veut être un lieu d’échanges d’expériences entre les personnes impliquées dans ces processus, afin de soulever ensemble des pistes de solutions aux éléments qui peuvent bloquer la progression de ces initiatives. Bienvenue également au grand public !

 Trois grandes questions seront abordées :

 11h10 – Comment attirer puis maintenir la participation citoyenne au sein de coopératives de distribution de produits locaux ? La participation citoyenne et le bénévolat sont bien souvent des ressources primordiales qui permettent d’assurer les activités d’un bon nombre de coopératives citoyennes. Maintenir cette dynamique et la motivation de ces acteurs est cependant un défi constant. Comment s’y prennent les gestionnaires de ces structures ? Deux coopératives citoyennes viennent témoigner de leur expérience.

12h45 – Comment favoriser et pérenniser les activités de maraichage sur nos territoires ? En Wallonie, la culture de fruits et légumes couvre à peine 1/5 de nos besoins alimentaires. De ce fait, le développement du maraichage est un objectif de nombreuses initiatives de relocalisation alimentaire. Comment soutenir les (futurs) producteurs dans leur activité ? Nature & Progrès vous propose un échange d’expériences pour rassembler les leviers et nous inspirer mutuellement.

13h45 – Relocaliser la transformation des légumes bio, l’enjeu est de taille ! Des projets de légumerie voient le jour sur le territoire mais qu’en est-il exactement de la demande pour la 4ième gamme bio ? Manger Demain et Biowallonie organisent une rencontre entre acheteurs et porteurs de projet de légumerie pour accorder les violons. Au programme : état des lieux et speed-dating pour discuter business !

 Intervenants : Réseau RADiS, Biowallonie, Manger Demain, Coopératives citoyennes

Infos pratiques :

  • Salle : Aubépine (RDC, petit hall)
  • Accueil : dès 11h
  • Durée : 3h45 (avec possibilité de ne suivre qu’une partie des interventions)
  • Les personnes souhaitant participer aux échanges peuvent bénéficier d’une entrée gratuite au Salon. Pour ce faire, merci de vous inscrire sur ce lien. Merci ! 

Bienvenue à tous !


 

Une épicerie mobile pour la vente des produits bio & locaux et région dinantaise !

Une épicerie mobile pour la vente des produits bio & locaux et région dinantaise !

Lundi 1er août, une vingtaine de citoyens et producteurs bio se sont rencontrés à Loyers pour réfléchir ensemble à la vente des produits bio & locaux vers le consommateur en région dinantaise. Nous avons étudié les avantages et inconvénients de quatre formes de vente : un magasin de producteurs, une épicerie mobile, des points de distribution (genre « points de R’aliment ») et un distributeur automatique. Après des discussions passionnées, est arrivé le moment du vote. C’est l’épicerie mobile qui remporte haut-la-main l’engouement de chacun ! Sont mis en avant : son coté convivial, sa réponse élégant aux enjeux de mobilité qui sont particulièrement importants sur le territoire, la possibilité d’utiliser cet outil pour d’autres tâches comme de livrer des épiceries ou autres acteurs….

Il n’y a plus qu’à… résoudre les questions pratiques pour pouvoir vérifier la faisabilité de cette initiative :

  • Quelle offre proposera-t-on ?
  • Où l’épicerie mobile se postera-t-elle ?
  • Comment optimiser sa convivialité ?
  • Fonctionnera-t-on aussi sur commande ?
  • Comment gérer les invendus ?
  • Quel modèle de camion et quel coût ?
  • Comment gérer la logistique pour aller chercher les produits des producteurs ?
  • Etc.

Des petits groupes de travail constitués de citoyens volontaires tenteront de résoudre ces questions dans les prochaines semaines.

Affaire à suivre !


 

Consolidons l’identité du Réseau RADiS : montons notre propre coopérative ! – réunion le 10/8

Consolidons l’identité du Réseau RADiS : montons notre propre coopérative ! – réunion le 10/8

Après plusieurs mois d’existence, il apparaît comme prioritaire de doter le Réseau RADiS de son identité propre, entendons par là : une entité juridique à part entière. La coopérative apparaît comme le statut le plus évident à l’heure actuelle, mais que reprend-il plus exactement ?

  • Quelles sont les étapes indispensables à sa mise en place et les réflexions que cela implique ?
  • Qui la composera et comment seront prises les décisions au sein de celle-ci ?
  • Quelles activités seront hébergées au sein de notre coopérative ?

Autant de questions que nous allons amorcer et décortiquer à travers la mise en place d’un groupe de travail entièrement dédié. Pour nous épauler, nous serons accompagnés par la SAW-b, agence conseil pour le développement d’entreprises sociales.

Le 1er GT « coopérative » se tiendra le mercredi 10 août prochain, de 18 à 21h à Dinant (lieu exact à confirmer, dépendra du nombre de participants).

Pour nous y rejoindre : merci de vous inscrire dès que possible auprès de Caroline (caroline.dehon@natpro.be – 0474 56 34 48).


 

Une épicerie mobile pour la vente des produits bio & locaux et région dinantaise !

Epicerie mobile ? Magasin de producteurs ? Points de distribution ? Vendre nos produits bio locaux – réunion le 1/8

Avec le Réseau RADiS, nous installons des maraichers, nous produisons de la farine, nous fournissons des écoles… Passons maintenant à la vitesse supérieure ! Il est temps d’organiser la vente des produits bio et locaux du territoire, de les rendre accessibles au plus grand nombre.

Nous démarrons donc une réflexion sur la forme à donner à la vente des produits du Réseau. Plusieurs idées ont déjà fusé parmi nos forces vives.

  • Une épicerie mobile permettant d’acheminer les produits vers les villages plus isolés ?
  • Un magasin de producteurs fixe ?
  • Ou encore, des points de distribution des produits disséminés sur le territoire ?

Que développer sur le court, le moyen et le long terme ? Nous vous proposons de nous réunir pour en discuter et décider ensemble de ce que nous souhaitons mettre en place dans le cadre de notre coopérative en construction. Nous aboutirons à la constitution de groupes de travail dont l’objectif sera d’avancer dans la concrétisation de cette vente. Appel aux forces vives !

La réunion est fixée le lundi 1er août, de 19h-21h. Thomas et Virginie nous accueilleront dans leur grange, 14, chemin du Buc, 5501 Loyers (Lisogne). Covoiturage possible, merci de préciser vos besoins. Nous vous invitons à vous inscrire dès que possible auprès de Sylvie, qui coordonnera ce volet (sylvie.laspina@natpro.be – 0487 34 60 78). Bienvenue !

Illustration : (c) Le Pinceau du Dindon


 

DINANT : Recherche maraicher.e pour association

DINANT : Recherche maraicher.e pour association

Je suis en cours d’installation comme maraîcher bio sur petite surface (1Ha / 60 a. nets cultivables) à Lisogne (Dinant). Le terrain est entièrement bordé d’un mur d’enceinte, orienté de façon idéale plein sud et particulièrement bucolique 🙂

Mon objectif est de produire un maximum de légumes diversifiés, pour une distribution en circuit court de préférence en vente directe aux particuliers selon le modèle « CSA ».

Cette activité se développe dans le cadre du réseau Radis, ceinture alimentaire Dinantaise (www.reseau-radis.be).

A ce stade, la moitié de la superficie est en cours de culture ou en cours de préparation pour la saison prochaine. Trois serres-tunnels de 6,5 m x 26 m. sont installées, ainsi qu’un forage et une infrastructure complète d’irrigation.

En vue d’accroître la production en 2023, je cherche à m’associer avec un.e maraîcher.ère. Un mi-temps (flexible) pourrait peut-être suffire pour gérer l’hectare complet en tandem.

Passionné.e par le maraîchage ? Motivé.e par l’urgence de la relocalisation alimentaire ? Travailler en binôme te convient ? Intéressé.e par ce projet en région dinantaise ? Alors n’hésite pas à me contacter !

Plus d’info sur le projet www.amarantes.bio

Philippe
info@amarantes.bio

Contact Gilbert Philippe – 0492/94 92 71 – info@amarantes.bio


 

Organisons la sensibilisation autour de notre filière céréales – Réunion du GT céréales le 23/06

Organisons la sensibilisation autour de notre filière céréales – Réunion du GT céréales le 23/06

Nous fixons notre prochaine rencontre au jeudi 23 juin prochain (19h, lieu encore à confirmer).

Concrètement : nous soutiendrons le travail de sensibilisation géré par notre groupe de citoyens et producteurs « Les Radicelles » pour la mise en place de celle-ci autour de la thématique des céréales. Nous axerons nos réflexions sur la mise en place d’une activité qui prendra place au cours de la journée festive du Réseau RADiS du 25 septembre prochain. La date paraît lointaine mais il est nécessaire d’organiser cela dès maintenant !

Pour participer à cette rencontre, merci de vous inscrire auprès de Caroline (caroline.dehon@natpro.be ou 0474/56 34 48) avant le 21 juin.

Au plaisir de vous retrouver !

Priorisation des actions pour le développement de la filière « céréales alimentaires »

Priorisation des actions pour le développement de la filière « céréales alimentaires »

Citoyens, agriculteurs, boulangers et animatrice se sont retrouvés ce jeudi 12 mai.

Objectifs ? Faire le bilan de l’année écoulée et brainstormer sur les actions/projets envisagés à court/moyen/long terme pour le développement de cette filière sur le territoire du Réseau.

A l’issue des échanges, les réflexions se sont largement axées sur les projets à réaliser en priorité à court terme. En effet, compte tenu de la perte d’intérêt et de connaissance de cette filière par une bonne partie des consommateurs : la sensibilisation est apparue comme l’objectif essentiel. Pour réaliser cette sensibilisation et permettre ensuite de susciter l’intérêt de futurs clients (citoyens consommateurs mais également boulangers professionnels par exemples), une nécessité : disposer de farine et donc transformer les céréales du Réseau. Voici les premières actions envisagées…

Une évidence pour tous : SENSIBILISER !

Sensibiliser « en allant vers » …

La sensibilisation permet d’agir comme un bras de levier pour actionner à plus long terme la vente de farine/pain bio et locaux. Il est ressorti des échanges que cette sensibilisation pourrait être renforcée par des activités proposées allant directement à la rencontre du public : au cœur de son village, dans l’école de ses enfants, etc. Cette manière de faire permet de toucher un public plus large à côté de personnes déjà convaincues par l’intérêt du sujet.

Sensibiliser : à quoi exactement ?

Aux savoir, savoir-faire de la panification. En d’autres termes : « (Ré)apprendre à faire du pain » !

Quel(s) public(s), quel(s) lieu(x) ?

Pistes concrètes envisagées dans un premier temps :

  • Au sein des écoles: via une animation « boulangerie » avec un four à pain mobile à les enfants expérimentent directement, reviennent avec un pain à la maison, en parlent à leurs parents et permettent de toucher potentiellement un nouveau public (+ activités annuelles de type Fancy Fair ?). Pour ce faire, nous prendrons conseil et appui auprès de structures déjà existantes et spécialisées dans ces questions (ex : l’ASBL Influences Végétales, Manger Demain, etc.) ;
  • Au cœur des villes et villages du territoire du Réseau RADiS : certains villages sont équipés de four à pain en pierre : nous pourrions créer une animation au cœur de ces village pour faire (re-)vivre ce type de four. Cela permettrait à la fois de créer du lien entre les habitants et de diffuser le savoir et savoir-faire autour de la thématique.

En amont de cela, il serait intéressant de recenser les fours à pain en pierre existant sur le territoire. Pour cela, nous avons besoin de vous : en un clic, aidez-nous à faire ce recensement sur les communes du Réseau (Anhée, Dinant, Hastière, Houyet, Onhaye et Yvoir) : lien enquête « Fours à pain communautaires ».

 Moissons, mouture et panification, acte 2 !

Afin de pouvoir illustrer concrètement cette sensibilisation et permettre le développement de la vente de farine (puis de pains) auprès de débouchés commerciaux, il apparaît indispensable de retenter l’aventure du suivi des moissons, et le la mise en place de nouveaux essais de moutures et de la panification. Trois agriculteurs sont partants pour se joindre aux essais effectués cette année : Frédéric, Alessandro et Rodrigue. Chacun dispose de parcelles sur lesquelles ont été semées différentes espèces et variétés de céréales. A l’issue des moissons – si la qualité des grains est bien présente – nous obtiendrons des grains puis de la farine. La partie technique de ce nouvel essai va être mise en pratique dans les prochaines semaines avec les producteurs, meuniers et boulangers impliqués dans le Réseau. La farine que nous obtiendrons (nous l’espérons !) permettra :

  • de sensibiliser au sujet à travers différents évènements comme ceux déjà cités plus haut, ainsi qu’au cours de notre évènement festif du Réseau RADiS qui aura lieu le 25 septembre prochain ;
  • d’aller à la rencontre de boulangers et autres transformateurs pour développer les canaux de commercialisation de notre farine bio et locale.

 

 Poursuivons ensemble la réflexion pour la mise en pratique de ces idées !

La prochaine rencontre du GT-CER ALI aura pour objet d’organiser concrètement les premières activités de sensibilisation. Nous ne manquerons pas de vous en tenir informés !


 

Mobilisation : coup de pouce à un maraicher bio

Mobilisation : coup de pouce à un maraicher bio

La culture biologique, c’est notre avenir à tous, pour notre santé et celle de la Terre. Les producteurs qui s’engagent dans cette voie le font le plus souvent pour défendre des idéaux. Mais c’est évidemment un mode de culture qui est plus risqué : on ne peut avoir recours aux pesticides chimiques en cas de souci dans les cultures ! Ce qui peut mettre des producteurs dans l’embarras suite à des imprévus…

C’est ce qu’il se passe actuellement chez Jean et Julien, nos maraichers en conversion bio à Awagne : malgré tous les soins mis dans la préparation du sol avant l’installation du maraichage, l’herbe qui composait la prairie l’année dernière est en train de repousser à vive allure, transformant littéralement les cultures de légumes en prairie ! Un aléa qui met en péril la croissance des jeunes légumes.

Après avoir examiné toutes les manières possibles de gérer cette situation, force est de constater qu’il va falloir avoir recours… à l’huile de bras pour rétablir la situation et sauver le maraichage sans avoir recours aux herbicides chimiques.

Le Réseau RADiS lance donc un appel à la solidarité pour constituer une grande équipe de volontaires pour prêter main forte aux maraichers dans les jours qui viennent. Si vous êtes prêt à venir aider à arracher l’herbe envahissante entre les lignes de légumes, merci de nous contacter en répondant à ce mail :  caroline.dehon@natpro.be. Nous vous proposons de préciser vos disponibilités (en semaine / samedi 21 / dimanche 22), les heures et la durée possibles pour vous (nous tenterons de regrouper au mieux) et le nombre de personnes. Nous vous recontacterons pour l’organisation pratique de ce coup de pouce.

Milles mercis pour nos maraichers !

 

Offre d’emploi : Chargé.e de projet en alimentation solidaire

Offre d’emploi : Chargé.e de projet en alimentation solidaire

Dans le cadre du Réseau RADiS (Réseau Alimentaire Dinant Solidaire), nous cherchons un.e

Chargé.e de projet en alimentation solidaire

 

Description de la mission

Le Réseau RADiS est une initiative de Nature & Progrès et de la Fondation Cyrys. Il a pour objectif de soutenir et développer la transition de la région dinantaise vers une alimentation bio et locale, en favorisant l’implication de toutes et tous. Plus d’infos : www.reseau-radis.be.

En collaboration avec les chargées de projet, la personne renforcera le volet solidaire du projet : création d’emploi et juste rémunération, participation et inclusion sociale, accessibilité pour toutes et tous, sensibilisation des citoyens à l’alimentation bio locale.

Tâches à effectuer

  • Animer et coordonner le groupe participatif « Alimentation solidaire » du Réseau RADiS : préparation, organisation et animation de réunions participatives avec les citoyens et producteurs, rapportage et suivi.
  • Assurer le lien entre le Réseau et les structures sociales du territoire, les impliquer dans les questions et actions du Réseau.
  • Avec les acteurs sociaux et membres du groupe participatif, rechercher des solutions pour favoriser l’accessibilité financière des produits bio locaux pour le plus grand nombre.
  • En collaboration avec les structures sociales et producteurs intéressés, travailler à la mise en place d’un accueil social à la ferme en région dinantaise (agriculture sociale – accueil de personnes en fermes dans un but de bien-être).
  • Avec les acteurs sociaux et membres du groupe participatif, rechercher des solutions en termes d’emploi pour combler les besoins en main d’œuvre liés au développement des filières alimentaires (groupement d’employeurs, Art 60, autres ?)
  • Accompagner un groupe de bénévoles dans la définition et la concrétisation d’actions de sensibilisation à l’alimentation bio locale (GT des Radicelles)
  • Participer, avec les autres chargées de projet, au montage de la future coopérative à finalité sociale du Réseau, avec l’aide d’une agence-conseil.
  • Participer à la communication du Réseau sur ses actions.
  • Participation à des comités de suivi (reporting).

 

Profil souhaité

  • Très bonne connaissance ou expérience dans le domaine des sciences sociales : acteurs, politiques, mécanismes, etc.
  • Sensibilité par rapport aux questions sociales et intérêt pour des mécanismes de solidarité inclusifs
  • Une formation et/ou expérience dans le domaine de l’économie sociale/solidaire est un plus
  • Aisance dans l’animation de groupe, dans les processus participatifs
  • Bonne capacité de rédaction, de vulgarisation et de synthèse
  • Personne capable d’atteindre les objectifs qualitatifs et quantitatifs dans un délai imparti
  • Ouverture d’esprit, sens critique et capacité à se remettre en question de manière constructive
  • Capacité de travail tant en équipe qu’en autonomie
  • Maîtrise des outils informatiques et bureautiques de base (Word, Excel, Powerpoint, Outlook, Internet, Réseaux sociaux, Teams)
  • Une connaissance de la région dinantaise est un plus
  • Une connaissance du secteur agricole est un plus

 

Conditions

  • Emploi à 0,8 ETP ou 1 ETP en CDI
  • Travail régulier le soir ou le week-end (animation de réunions)
  • Lieu de travail situé à Jambes + possibilités de télétravail, avec de nombreux déplacements, principalement dans la région dinantaise
  • Permis de conduire et véhicule personnel
  • Rémunération basée sur la commission paritaire 329.02, et en fonction de l’expérience
  • Chèques-repas et prime de fin d’année
  • Entretiens prévus début juin pour les personnes retenues
  • Entrée en fonction aussitôt que possible

 

Candidature (CV et lettre de motivation) à envoyer pour le 22 mai 2022 à Karin Michaux (karin.michaux@natpro.be)

21 avril : Réunion des Radicelles et Projets « Proximity »

21 avril : Réunion des Radicelles et Projets « Proximity »

Faisons d’1 pierre (en l’occurrence, 1 soirée), 3 coups !

Nous vous donnons RDV le jeudi 21 avril dès 18h au Centre culturel de Dinant afin de :

  • Poursuivre l’organisation de notre évènement convivial de septembre prochain qui clôturera le cycle de visites de fermes du territoire du Réseau RADiS. Faisons le point sur nos avancées respectives et poursuivons la mise en place pratique ;
  • Vous distribuer les brochures consacrées aux fermes bio en vente directe du Réseau RADiS. Nous comptons sur chacun d’entre vous pour relayer sa diffusion au sein : d’épiceries locales, d’écoles, d’asbl, etc…
  • Participer à l’évènement « Une soirée pour rêver et construire ensemble demain » organisée le soir même, dès 19h30 par la Fondation Cyrys et Be Planet. Cet évènement est gratuit mais demande une inscription préalable. Toutes les infos sont disponibles ici !

 

Pour rejoindre le GT-Radicelles : merci de vous inscrire auprès de Caroline par retour de mail (caroline.dehon@natpro.be) ou au 0474/56 34 48 avant le 20 avril. Possibilité d’organiser du co-voiturage, n’hésitez pas à faire part de vos besoins. Adresse du jour : Centre culturel de Dinant, Rue Grande 37, 5500 Dinant.

D’avance merci à tous !


 

Comment valoriser nos farines bio ? Réunion du GT céréales le 12/5

Comment valoriser nos farines bio ? Réunion du GT céréales le 12/5

Vous êtes citoyens, producteurs, boulangers, … et indéniablement intéressés par la thématique des céréales panifiables ?

Nous vous invitons à nous rejoindre le 12 mai prochain, dès 19h pour réfléchir ensemble aux prochaines actions que nous souhaiterions développer sur cette thématique sur notre territoire. Adresse du jour : Fondation Cyrys, Rue du Moulin 15, 5500 Dinant.

Au programme :

  • Accueil des participants, rapide tour de table
  • Retour sur les actions réalisées en 2021
  • Comment développer la commercialisation de farine bio sur le territoire ? Pistes envisagées et brainstorming

Pour participer à cette rencontre, merci de vous inscrire auprès de Caroline (caroline.dehon@natpro.be ou 0474/56 34 48) avant le 11 mai. Possibilité d’organiser du co-voiturage, n’hésitez pas à faire part de vos besoins 😉.

Merci et au plaisir de vous retrouver !


 

Nous avons testé le four à pain mobile !

Nous avons testé le four à pain mobile !

Souvenez-vous… il y a de cela plusieurs mois, nous abordions l’opportunité de mobiliser le four à pain mobile mis sur pied par l’initiative citoyenne « Y Voir Transition ».

Le four à pain mobile est un formidable outil de :

  • sensibilisation à l’alimentation de qualité
  • transmission de savoir-faire par un échange de bonnes pratiques allant de la panification à la cuisson
  • connexion interculturelle et intergénérationnelle à travers le pain comme aliment de base
  • valorisation des produits qui sont mobilisés à travers son usage tels que la farine
  • …etc !

Il y a de cela quelques semaines, boulangers, citoyens et producteurs du Réseau ont eu l’occasion d’expérimenter ce four à pain depuis sa mise en route jusqu’à la dégustation de pains.

Cette expérience s’est déroulée chez Jean, à Awagne. Après avoir récupéré le four à pain à Yvoir, Jean a installé l’outil dans sa cour de ferme. Très rapidement rejoint par nos deux boulangers passionnés, Xavier et Mathias, ainsi que par plusieurs membres de notre Réseau RADiS, l’équipe ainsi formée s’est relayée pour la mise en route du four et le suivi de sa chauffe.

En coulisses, nos boulangers avaient préparé quelques pâtons à base de farine semi-complète d’épeautre. A défaut pouvoir recourir à de la farine produite dans le cadre du Réseau RADiS pour cette année (cf. notre article sur le sujet), nous sommes allés nous approvisionner à la Ferme de Grange située à Anhée (du bio et du local donc !).

.

En attendant que le four et les pâtons soient prêts, cela a pas mal papoté autour des thématiques de la panification au levain, de l’origine des céréales et de leur diversité, des divers types de farine et des moulins qui les produisent.

Et l’heure d’enfourner arriva ! L’effervescence était palpable : une petite fourmilière s’est mise en place pour acheminer les pâtons jusqu’au cœur du four à pain. Et quelques dizaines de minutes plus tard, le verdict ! On ne va pas se/vous mentir : cette première fournée ne fut pas des plus concluantes, nos pains ont malheureusement subi un beau coup de chaud. La maîtrise de l’outil ne s’improvise pas ! Qu’à cela ne tienne, les idées fusent pendant les échanges : et si on retentait le coup ? et si on essayait d’autres supports de cuisson ? est-ce que l’on ne testerait pas la cuisson d’autres plats (pizzas, quiches, tartes, etc.) ?

Et c’est ainsi qu’une semaine plus tard : Jean et Mathias, notre boulanger du jour, ont souhaité retenter l’aventure ! Les résultats furent plus encourageants, il semble que la cuisson de pâtons à l’aide moules en terre cuite fonctionne plutôt bien (on remercie Denise, notre citoyenne bauchoise pour l’idée et le prêt de ses moules à cette occasion).

La maîtrise de l’outil nécessitera encore quelques essais avant de pouvoir mobiliser le four à l’occasion d’évènements de plus grande ampleur.

Malgré les difficultés techniques, l’outil nous aura toutefois démontré sa capacité à rassembler, échanger, sensibiliser. Ces moments sont indispensables et indissociables à la création de filières alimentaires locales et durables.

.


 

Bienvenue à la ferme ! Rencontrez les producteurs bio en région dinantaise

Bienvenue à la ferme ! Rencontrez les producteurs bio en région dinantaise

Le Réseau RADiS (Réseau Alimentaire Dinant Solidaire) vous invite à rencontrer les producteurs bio de votre région.

Une belle occasion de découvrir leur métier et de mettre un visage sur votre alimentation !

Pour faciliter l’organisation des visites, nous vous prions de bien vouloir vous inscrire via ce court formulaire.

L’adresse précise de RDV vous sera communiquée ensuite. Les visites sont entièrement gratuites !

.

.

Bienvenue à la ferme !

  • Vendredi 6 mai 2022 à 17h30. La Ferme de Waulx (Rodrigue Ullens) à Anseremme (Dinant). Cultures de céréales, présentation du projet de la ferme, aménagements en faveur de la biodiversité.
  • Samedi 11 juin 2022 à 16h. Les Jardins du Frech-Try (Famille Baivy) à Awagne (Dinant). Maraichage diversifié et fleurs à couper, présentation du projet de la ferme.
  • Dimanche 26 juin 2022 à 10h. Au Pré des Saveurs (Famille Piette) à Thynes (Dinant). Porcs, grandes cultures de céréales et pommes de terre.
  • Dimanche 3 juillet 2022 à 10h. La Ferme du Grand Cortil (Famille Maury) à Falmagne (Dinant). Bovins allaitants, cultures de céréales et de légumes.
  • Dimanche 31 juillet 2022 à 14h. La Ferme de la Cour (Roch Pirmez) à Maredret (Anhée). Cultures de courges, colza, noix et pressoir à huiles.
  • Dimanche 28 août 2022 à 15h. Amarantes.b!o (Philippe Gilbert) à Lisogne (Dinant). Maraichage diversifié en cours d’installation.

 

Et en apothéose de ce cycle de visites…

Une journée festive !

  • Dimanche 25 septembre 2022 dès 11h à la Ferme de Grange (famille de Wouters) à Anhée.

Programme de la journée 

  • Inauguration et dégustation de la soupe bio locale du Réseau RADiS
  • Visite de la ferme (sapins de Noël et grandes cultures bio)
  • Démonstrations du moulin Astrié sur meule de pierre, transformant les céréales en farines
  • Démonstrations de lactofermentation pour la conservation des légumes
  • Animations gustatives bio locales pour les enfants
  • Présence du four à pain mobile et dégustations de pains réalisés à partir de différentes céréales bio
  • Mini-conférences sur le thème de l’alimentation bio, locale et solidaire
  • Petite restauration et bar bio

 

Mobil’isons nous !

La mobilité est problématique dans notre région. Le Réseau RADiS vous propose différentes solutions pour nous rejoindre aux visites et à la journée festive.

  • Accès via les transports en commun : nous vous indiquons pour chaque activité les manières de nous rejoindre en transports en commun.
  • Covoiturage : chaque participant nous communique ses besoins / offres en covoiturage et nous vous mettons en relation

 

Bienvenue à toutes et tous !


 

 

Terres dinantaises cherchent maraichers bio

Terres dinantaises cherchent maraichers bio

Le Réseau RADiS, Réseau alimentaire Dinant solidaire, souhaite soutenir et développer la transition de la région dinantaise vers une alimentation bio et locale, respectueuse des Hommes et de la Terre, en favorisant la solidarité et l’implication de tous. Etant donné le faible nombre de maraichers bio sur le territoire, et la faible autoproduction de légumes de manière générale, le Réseau souhaite favoriser les installations de maraichers via différentes actions.

 

Le principal frein rencontré par les porteurs de projet en maraichage bio semble être l’accès à la terre. Heureusement, plusieurs propriétaires de terres de la région dinantaise souhaitent accueillir des maraichers chez eux. Le Réseau RADiS met en contact les futurs maraichers avec ces propriétaires via la page « Des Terres pour nos RADiS ». En ce début du mois d’avril 2022, des parcelles sont disponibles à Anseremme, Lisogne, Anhée, Yvoir et Dinant.

 

 

 

En mai 2021, un événement de réseautage a permis la rencontre de porteurs de projets et de propriétaires. A cette occasion, Philippe et Tanguy se sont rencontrés. Philippe est un jeune maraicher en formation suite à une reconversion professionnelle. Tanguy, animé par des valeurs de transition écologique et sociétale, lui met à disposition son terrain, ancienne prairie pâturée par des moutons. Découvrez cette belle collaboration et le nouveau projet « Amarantes.b!o » dans ce reportage de MaTélé.

Futur maraicher intéressé par une installation en région dinantaise ?


 

Nos premières actions solidaires seront…

Nos premières actions solidaires seront…

Ce mardi 29 mars, Béatrice, Olivier, Paul, Jean, Gaëlle et Philippe, membres de notre groupe participatif sur l’Alimentation solidaire, se sont réunis pour peaufiner et prioriser nos futures actions solidaires. Nous souhaitons en effet renforcer l’accessibilité des produits bio & locaux pour le plus grand nombre, créer du lien social, de la participation et de l’inclusion à travers le développement de nos filières, et créer des emplois de qualité, rémunérateurs et non délocalisables. Un bel objectif !

Avant d’étudier 5 idées d’actions déjà émises, nous avons décidé de mettre sur pieds un sous-groupe de réflexion sur l’accessibilité financière, car elle constitue un problème complexe auquel nous souhaitons trouver des solutions. Appel aux volontaires, et rendez-vous dans les prochaines semaines pour une première rencontre sur ce sujet !

Nous avons ensuite passé au crible de nos critères solidaires, les 5 idées d’actions identifiées collectivement. L’analyse de chaque action a permis de définir des points d’attention qui guideront la concrétisation, et une priorisation des actions. Voici le classement établi par les participants : 1) accueil social à la ferme – 2) création d’emploi, 3) brochure et ateliers, 4) groupe coup de pouce, 5) four à pain mobile.

En route vers nos premières actions concrètes !

Envie d’y participer ? N’hésitez pas à nous contacter ! Caroline Dehon – caroline.dehon@natpro.be

 

En savoir plus…


 

Le 29/3, définissons nos actions solidaires ! Bienvenue à tou.te.s !

Le 29/3, définissons nos actions solidaires ! Bienvenue à tou.te.s !

 

Une transition alimentaire : oui… Mais avec toutes et tous !

Notre Réseau RADiS s’est en effet fixé un objectif très ambitieux : coupler la transition alimentaire avec la prise en compte sociale, faire en sorte que notre alimentation bio locale nous concerne toutes et tous ! Le volet solidaire de notre réseau repose sur trois piliers : l’accessibilité pour toutes et tous et sur tous les plans, l’emploi et la juste rémunération des producteurs et travailleurs du Réseau, et l’inclusion sociale et la participation.

Le groupe thématique « alimentation solidaire », constitué de citoyens et producteurs, a déjà émis différentes idées, mais a aussi travaillé sur des critères qui nous permettent de les évaluer et de les peaufiner.

 

Définissons ensemble nos actions

Lors de notre réunion du 29 mars, nous allons donc évaluer et peaufiner les idées d’actions suivantes : l’accueil social à la ferme, le groupe « coup de pouce », le four à pain mobile, la question de l’emploi et la solution ALE, et enfin, la brochure d’information sur les producteurs et les ateliers créatifs.

 

Infos pratiques

La réunion aura lieu de 18h-20h à la Fondation Cyrys à Dinant (rue du Moulin 15).

Inscription souhaitée auprès de Caroline : caroline.dehon@natpro.be ou 0474 56 34 48

Le 24/3, nous construirons ensemble notre journée conviviale bio-locale

Le 24/3, nous construirons ensemble notre journée conviviale bio-locale

Bienvenue à tous le jeudi 24 mars prochain, de 17h à 19h à Dinant, pour une seconde réunion de notre GT sensibilisation, Les Radicelles !

Lors de notre dernière rencontre, nous avons décidé de créer un événement bio local constitué de visites de fermes avec, en apothéose, un événement convivial et ludique.

Visites de fermes

Caroline et moi avions déjà prévu de réaliser des visites de fermes pour resserrer les liens entre producteurs et membres du Réseau RADiS.

Du coup, nous avons travaillé sur un calendrier de visites entre avril et septembre, qui pourrait être ensuite diffusé vers le grand public.

Ce seront de multiples occasions de créer le lien entre les producteurs et les citoyens locaux, d’échanger sur la culture et l’élevage bio.

Jean a émis l’idée d’organiser une sorte de chasse aux trésors avec un objectif par visite, qui se terminerait lors de notre journée festive.

A nous d’imaginer cette « chasse aux trésors », quoi, comment… ?

 

Evénement convivial et ludique

Pour notre événement de clôture, en septembre, tout est encore à créer selon vos souhaits et envies !

Nous avions parlé d’un jeu, d’ateliers, du four à pain mobile…A nous de prévoir les animations qui nous font envie !

 

Bienvenue à toutes et tous !

Inscription souhaitée auprès de Sylvie : sylvie.laspina@natpro.be ou 0487 34 60 78

Sensibilisons à l’alimentation bio et locale ! Recueil d’idées, d’arguments, d’outils et d’actions

Sensibilisons à l’alimentation bio et locale ! Recueil d’idées, d’arguments, d’outils et d’actions

En décembre, grâce à un atelier participatif, le Réseau RADiS a défini sa vision et ses missions. Avec les citoyens, nous souhaitons soutenir et développer la transition de la région dinantaise vers une alimentation bio et locale, respectueuse des Hommes et de la Terre, en favorisant la solidarité et l’implication de tous. La sensibilisation des citoyens à l’alimentation bio locale est au cœur de nos missions, avec l’objectif de fédérer une communauté d’acteurs solidaires de la transition écologique et sociétale. Un petit groupe de citoyens, les Radicelles, s’est constitué pour se pencher sur ces questions.

 

L’alimentation bio locale ne manque pas d’arguments !

Rassembler arguments et pistes d’actions

En amont de notre première réunion, nous avons tenté de rassembler un maximum d’idées : comment sensibiliser les citoyens au bio local ? Via quels arguments, quels outils, quelles activités ? Un sondage a été lancé auprès des membres du Réseau RADiS et de Nature & Progrès, et via les réseaux sociaux. Grâce aux 39 participants et aux échanges qui ont eu lieu lors de notre réunion du 20 février, nous avons collecté une foule d’idées, source d’inspiration ! Nous vous en partageons les fruits dans cet article.

 

Le bio, meilleur pour la santé

Premier argument de nos participants : l’alimentation bio et locale est meilleure pour notre santé. Vu les effets délétères des OGM et pesticides chimiques de synthèse, dont la plupart sont classés cancérigènes ou perturbateurs endocriniens, on ne peut aujourd’hui plus le nier ! Si l’on manque d’éléments scientifiques pour démontrer un effet du mode de culture sur la qualité nutritionnelle, il est évident qu’une alimentation locale permet d’assurer la fraicheur de nos fruits et légumes, avec une meilleure préservation des vitamines et des éléments essentiels. Les éleveurs témoignent souvent que depuis qu’ils sont passés en bio, leurs vaches voient bien moins souvent le vétérinaire… Pourquoi n’en serait-il pas de même avec le médecin ?

« Il faudrait donner davantage d’informations concernant la santé et la dangerosité des produits non bio » Philippe P.

« Il serait intéressant de partager de données « scientifiques » illustrées sur la différence de valeur nutritive ». Diane O.

 

Transhumance des moutons de la Bergerie de la Grande Fange, éleveurs bio à Regné. Après avoir entretenu pendant toute la belle saison des réserves naturelles, les animaux rentrent à l’étable pour passer l’hiver. Les participants font le lien direct entre les activités de l’éleveur et la richesse de la réserve naturelle.

Protéger la Planète

Les produits chimiques de synthèse sont des poisons pour notre environnement et pour la biodiversité, ce que ne manquent pas de rappeler les participants à notre sondage. Ils mettent aussi en avant l’intérêt écologique du circuit court local via la réduction des pollutions associées aux transports, et de manière générale, la moindre empreinte écologique et carbone de l’alimentation bio locale. Ces arguments liés à l’environnement sont aujourd’hui incontournables et puissants, quand on constate les conséquences des changements climatiques sur notre quotidien. Et si nous apportions aux citoyens des démonstrations, par l’information et… l’observation !

« La terre produit mieux si elle est respectée » Ariane D.

« Nous pourrions montrer concrètement sur le terrain ce que ça change de produire bio ». Mathilde R.

« Il faudrait informer par la diffusion de films très courts montrant les effets des épandages sur les cultures de produits toxiques, tel que le glyphosate » Naïma.

 

Soutenir nos producteurs bio locaux

La relocalisation de notre alimentation bio permet la création d’emplois non délocalisables et renforce l’autonomie alimentaire, l’économie locale et circulaire. De nombreux participants aux réflexions ont partagé leur fierté de contribuer à faire vivre des familles de producteurs, à valoriser leur travail et leur démarche. Le lien direct avec le producteur permet davantage de solidarité et des prix plus équitables. Il est donc important de (re)créer le lien entre les mangeurs et leurs voisins producteurs et artisans.

« Manger local, c’est aider des personnes que l’on connait à vivre de leur passion/travail. Allons visiter des maraichers, des artisans, des transformateurs de produits ». Marie-Christine H.

 

 

Des visites de fermes pour rencontrer les producteurs, comprendre et apprécier leur travail au quotidien

Et si nous sortions un peu de l’idéologie ?

Santé, environnement et société, nous venons de faire un tour des arguments idéologiques, des convictions qui poussent les personnes les plus sensibilisées à passer à l’action. Mais ces idéaux ne sont-ils pas perçus comme une contrainte par de nombreuses personnes ? « Il faudrait que je mange mieux pour ma santé, il faudrait que je participe à préserver la nature, il faudrait que j’arrête de fumer… Allez, demain, j’arrête ». Ce peut être culpabilisant, s’apparenter à une corvée pour des personnes déjà submergées par les tracas du quotidien et qui aspirent à plus de… plaisir. Parlons-en aussi !

« J’exprime l’importance de mon choix, la cohérence que cela m’apporte et qui m’est nécessaire, la joie que cela me procure. Essayer de convaincre ne marche pas : personne n’aime que quelqu’un d’autre lui dicte ce qu’il doit faire » Philippe G.

 

Présenter les produits bio locaux et les faire goûter, quoi de tel pour donner envie de se les procurer au quotidien ?

Le plaisir du goût

Goûter, c’est adopter ! Parmi les activités recensées, les ateliers de dégustation sont une manière de mettre en avant le goût et la qualité, mais aussi de stimuler l’envie de cuisiner. La marche gourmande associe le plaisir de la bouche, la convivialité et la découverte du milieu environnant les fermes. N’oublions pas de bien mettre en avant les producteurs lors de la présentation de leurs produits !

« Des dégustations pour goûter la différence, y compris par des actions de soutien et de promotion des restaurateurs locaux engagés dans le bio local » Diane O.

 

 

 

 

 

Des ateliers cuisine pour réapprendre des gestes essentiels pour sublimer les produits bio de nos producteurs locaux

Le plaisir de cuisiner

Choisir une alimentation bio et locale nous encourage à respecter les saisons, et nous invite à davantage de créativité en cuisine. La qualité des produits donne envie de cuisiner et de partager les bons repas avec son entourage ! Le manque de savoir-faire est souvent un obstacle : de nombreuses personnes n’ont pas appris à cuisiner et sont assez démunis devant les légumes et pièces de viande des producteurs locaux. Des ateliers culinaires sont une solution alliant partage et convivialité ! On peut même y donner des astuces pour économiser le temps en cuisine, lui aussi précieux.

« Il est essentiel d’amener les gens à retrouver du plaisir derrière les fourneaux ! » Sandrine D.

« Manger bio local met des limites qui nous rendent le plaisir de varier davantage notre alimentation au fil des saisons et d’inventer de nouvelles recettes » Benoit V.

« Des recettes simples à réaliser et à bas coût ». Joëlle R.

 

A l’occasion d’une porte ouverte, découverte pour ce jeune garçon, des canards de la ferme Martin. Un moment qu’il n’oubliera sans doute jamais.

Le plaisir de retrouver le lien

L’alimentation bio locale est créatrice de liens entre les personnes, et reconnecte les citoyens au milieu rural et naturel. Les maraichers proposant de l’autocueillette permettent une activité conviviale en famille au milieu des légumes et des fleurs. Un petit tour à la boucherie de la ferme, c’est le rendez-vous avec les animaux qui paissent aux alentours. Les chantiers participatifs sont l’occasion de mettre la main à la pâte dans une ambiance conviviale. D’ailleurs, l’accueil social à la ferme et la zoothérapie prouvent combien la reconnexion avec le milieu rural fait du bien au moral !

« Ça reconnecte les gens à la nature, ça reconnecte les gens aux autres ». Céline B.

 

 

Et pourquoi ne pas manger bio local ?

Si beaucoup d’arguments nous poussent à choisir une alimentation bio locale, certains freins existent également. Nous les avions inventoriés dans le cadre de nos réflexions sur l’accessibilité de l’alimentation bio locale pour tous : le prix, le temps, la capacité physique, la mobilité, l’estime de soi, le savoir-faire, les infrastructures et l’information. Et si nous imaginions des actions permettant de démonter ces freins ?

 

Légende : Recueil des idées d’actions de sensibilisation. En bleu : les outils de communication, en orange, les activités à organiser. Une ressource dans laquelle nous pouvons tous puiser !

Le bio, trop cher ?

C’est le grand point d’achoppement de l’alimentation bio locale : le prix. Sans refaire ici tout le débat sur la question, on peut imaginer des actions sur ce thème. En premier lieu, pour informer sur les écarts de prix souvent exagérés dans l’imaginaire collectif. En second lieu, pour relativiser cette hausse du prix par rapport aux coûts cachés de l’alimentation industrielle, liés à l’environnement et à la santé. Et enfin, parce que le budget de certains reste malheureusement limitant, pour donner des pistes pour parvenir malgré tout à opter pour le bio local.

« Le prix rebute encore car les gens n’ont pas conscience que de l’argent investi localement leur revient indirectement au travers du développement local.  Conscientiser au fait que les choix de consommation sont le meilleur moyen de créer le monde qu’ils veulent ». Audrey D.

« Donner des pistes pour que le coût reste raisonnable tout en sensibilisant au fait que c’est normal de dédier une bonne partie de son budget à l’alimentation qui est un besoin primaire ! » Mathilde R.

« Le bio local permet de se nourrir sainement sans se ruiner pour autant que les familles acceptent de revenir à des recettes et en-cas simples, composés de produits de base qui ont toujours existé dans nos régions ». Philippe G.

 

Nos producteurs affichent clairement leur démarche bio locale… Et pourquoi pas nous, les mangeurs ?

Informer

Manger bio local ? D’accord. Mais où se procurer ces bons produits, comment rencontrer les artisans de ma région ? Comment connaitre les fruits et légumes de saison ? Une information peut être un petit coup de pouce pour passer à l’action !

« Un livret recueil des producteurs et revendeurs bio locaux » Caroline P.

« Nous pourrions mettre en place une formation sur le rythme des saisons. Il n’y a pas de fraises à Noël ni de tomates » Jacqueline G.

 

Faire tache d’huile

Faites ce que je fais, pas ce que je dis ! Montrons à nos voisins, à nos amis, à notre famille, notre engagement dans le bio local. Non, non, ce n’est pas un mouvement marginal « de niche », nous sommes nombreux dans cette démarche, faisons-le savoir ! Invitons notre entourage dans la bienveillance en veillant à ne pas mettre de pression ni culpabiliser.

L’heure du concert approche dans cette ferme bio de la région de Trois Ponts ! Les amateurs de musique, venus pour le groupe, auront l’occasion de découvrir une ferme. Démarche qu’ils n’auraient peut-être pas eue lors d’une simple visite.

« Comme avec les enfants, ils copient ce qu’on fait, pas ce qu’on dit. Donc, je montre à mes voisins, à mes collègues, à mes amis, à mes enfants ». Laurence.

« Vente ou distribution d’autocollants « Je mange bio et local » à mettre sur ses fenêtres (maisons, voitures) pour montrer l’adhésion de certains et faire petit à petit tache d’huile ». Ariane D.

  

Diversifier pour toucher

Chacun ses affinités, ses préoccupations, ses envies, ses freins ! La diversité des actions et activités mises en place pour sensibiliser les citoyens permet de toucher des personnes aux horizons très différents. N’oublions pas les activités ludiques sous forme de jeux : la convivialité est la pièce maitresse pour attirer et fidéliser les personnes, leur donner goût à une autre manière de s’alimenter et de se relier aux autres.

« Vouloir sensibiliser tout le monde revient souvent à ne toucher personne (ou quasi !). Chaque groupe de personnes peut être sensibilisé par un aspect différent : par exemple, « nourriture saine » pour les parents ayant de jeunes enfants (il me semble que c’est une raison souvent avancée) ». Patricia G.

 

 Et la suite ?

Les Radicelles se lancent maintenant dans l’action ! Nous élaborons ensemble un programme de visites de fermes pendant toute la belle saison 2022, qui se clôturera par un événement convivial au mois de septembre. Vous aussi, vous avez envie de participer à la sensibilisation des citoyens à l’alimentation bio locale ? N’hésitez pas à nous rejoindre en région dinantaise, ou à contacter la locale de bénévoles Nature & Progrès la plus proche de votre domicile !


 

On organise un événement bio local. Avec vous ?

On organise un événement bio local. Avec vous ?

Ce dimanche 20 février a eu lieu la première réunion de notre groupe « Les Radicelles » consacré à la sensibilisation des citoyens à l’alimentation bio & locale.

   

Nous avons rassemblé une foule d’idées pour donner envie, lever les freins, créer des outils et développer des activités !

   

Nous avons décidé d’organiser cette année un événement bio local qui comprendra des visites de producteurs et une (demi ?) journée festive et conviviale, animée de jeux, d’ateliers, de conférences et autres activités à peaufiner ensemble.

Si vous aussi, vous avez envie d’agir concrètement, dans une ambiance conviviale, pour organiser ce type d’activités, n’hésitez pas à contacter Sylvie (0487 34 60 78 – sylvie.laspina@natpro.be). L’aventure ne fait que commencer !

En savoir plus ? Consultez ici notre compte-rendu de la réunion

Au plaisir de partager avec vous sur ces activités !